bd haut 2
bd haut 1
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Expression de Courtry Citoyenne

Loi Blanquer : luttons ensemble contre l’accélération des inégalités scolaires

Tous les domaines de l’action publique sont attaqués et l’éducation n’échappe pas à la règle… La loi Blanquer c’est :

• Un désengagement de l’État : des fonds privés pourront contribuer au financement des établissements publics locaux d’enseignement international, destinés aux enfants des cadres supérieurs, qui seront sélectifs depuis la maternelle.
• Des économies au détriment des enfants : les écoles des quartiers populaires et des communes rurales seront laissées à l’abandon, les 100 000 accompagnants des élèves en situation de handicap seront toujours précaires et peu formé·e·s.
• Les écoles rurales et les quartiers populaires premières victimes de la réforme : dans une logique d’économie budgétaire, certaines écoles primaires seront regroupées avec le collège de secteur et les missions des directeurs ou directrices d’école seront transférées à un ou une principal·e adjoint·e.
• Des professeur·e·s mis·e·s au pas : l’article 1 de la loi les prive de leur liberté d’expression.

L’argent versé aux écoles n’est pas une dépense, c’est un investissement pour les générations à venir ! Il faudrait au contraire défendre :

• L’accessibilité, la gratuité et l’égalité : garantir la gratuité des cantines, du transport, des sorties scolaires, des manuels et des fournitures scolaires ; mettre en place un plan de rénovation d’urgence pour les bâtiments vétustes ; densifier le maillage territorial en construisant des écoles en zone rurale pour que personne ne soit à plus de 30mn de trajet d’une école ; limiter le nombre d’élèves dans les ULIS, titulariser les AESH et ouvrir le nombre de structures nécessaires pour garantir une place à chaque élève
• La valorisation de l’enseignement et des enseignant·e·s : recruter massivement des enseignant·e·s et reconstituer les réseaux d’aides aux élèves en difficulté ; permettre aux élèves de recevoir un enseignement adapté par la diminution des effectifs dans les classes ; revaloriser la rémunération des enseignant·e·s du premier degré ; reconnaître le travail invisible en libérant du temps pour la concertation et le travail coopératif entre enseignant·e·s.
• Une éducation à l’alimentation saine, de qualité et durable : favoriser l’agriculture paysanne et biologique dans les cantines.

Conseiller municipal : Grégory Jurado – 0662115145 – courtrycitoyenne77@gmail.com